Lucile Richardot

Après une enfance aux Petits Chanteurs à la Croix de Lorraine d’Épinal (Geoffroy Jourdain), une première vie de journaliste et des études au conservatoire du Vème  arrondissement de Paris, elle est diplômée, en 2008, de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris, puis en 2011 de la classe de musique ancienne au CRR de Paris. Du médiéval au contemporain, elle chante régulièrement avec les Solistes XXI (Rachid Safir), Correspondances (Sébastien Daucé), Pygmalion (Raphaël Pichon), l’Ensemble grégorien de Notre-Dame (S. Dieudonné), l’Ensemble William-Byrd (Graham O’Reilly).

En soliste, elle est invitée par Gérard Lesne (en duo), Skip Sempé, Jérôme Corréas, Patrick Cohën-Akénine, Patrick Ayrton, Gilles Colliard, Peter van Heyghen, la compagnie de danse Les Fantaisies baroques et le consort de violes Le Concert des Planètes. En 2012, elle intègre Les Arts Florissants pour l’intégrale des livres de madrigaux de Monteverdi, dirigée par Paul Agnew. Les Lunaisiens (J.-F. Novelli et Arnaud Marzorati), quant à eux, font appel à sa gouaille et à ses registres vocaux multiples, aussi bien pour des programmes Bach, Gesualdo, que de chansons de caf’conc’ !

Sur scène, dès 2007, elle rejoint le Poème Harmonique (Vincent Dumestre) pour Cadmus et Hermione, de Lully, elle crée début 2009 le rôle de la 1ère Tante dans l’opéra de Philippe Boesmans, Yvonne, Princesse de Bourgogne, à l’Opéra Garnier et à Vienne, et retrouve l’opéra baroque en 2011 pour la résurrection de L’Egisto, de Mazzocchi et Marazzoli, avec Les Paladins (Jérôme Corréas) dans une mise en scène de J.-Denis Monory empreinte de commedia dell’arte, et où elle campe plusieurs personnages bouffes et masqués.

Sur un ton plus sérieux, avec le compositeur, flûtiste, claveciniste et pianiste Denis Chevallier, elle donne en 2008 des récitals de mélodies françaises et espagnoles à Madrid et Barcelone, et anime fréquemment des concerts parisiens de cantates de Bach.

Lucile Richardot s’est produite avec le Kwartett le 10 avril 2016 à l’ancienne chapelle du Pensionnat Notre-Dame (hôtel de Paris) à Moulins.

Lucile Richardot réduite